Partout au Québec : 1-866-899-3177 

Taux directeur de bon augur

L’année 2023 se termine avec un taux directeur à 5%, un bon augure pour finir l’année 2024 à 4 %

La stabilité du taux directeur est une excellente nouvelle pour les emprunteurs hypothécaires, d’autant plus que les taux hypothécaires fixes ont récemment baissé. De plus en plus d’indices laissent à penser qu’il pourrait baisser l’année prochaine et descendre progressivement jusqu’à atteindre 4% à la fin de 2024. On peut spéculer sur le moment de la première baisse du taux directeur et sur ce qu’il atteindra en 2024, mais la véritable bonne nouvelle pour les investisseurs immobiliers, c’est tout simplement qu’il devrait baisser. Mais d’abord, voici les explications de la Banque du Canada concernant son choix de maintenir le taux directeur inchangé pour la troisième fois consécutive, clôturant ainsi une année tumultueuse pour les taux d’intérêt.

 

Inflation : une légère baisse

L’inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation, a baissé à 3,1 % en octobre. Cependant, il est important de noter que les frais de logement continuent d’augmenter, notamment à cause des loyers et des intérêts hypothécaires élevés. Malgré les préoccupations persistantes concernant l’inflation, la banque centrale indique être prête à augmenter à nouveau le taux directeur si nécessaire.

 

Économie mondiale en baisse

Plusieurs signaux témoignent d’un essoufflement de l’économie mondiale, notamment la contraction marquée de l’économie chinoise, la récession technique confirmée aux États-Unis lors des deux derniers trimestres et la crise énergétique qui sévit en Europe. Ces turbulences laissent présager un atterrissage difficile pour l’économie canadienne au cours des prochains trimestres.

 

Stagnation de l’économie canadienne

Au pays, bien que certains secteurs comme le marché du travail démontrent encore une certaine vigueur, l’économie dans son ensemble a perdu de son élan au cours de la dernière année, comme en témoigne le récent recul du PIB (Le produit intérieur brut réel s’est contracté à un taux de 1,1 % au troisième trimestre, suivant une croissance de 1,4 % au deuxième). Avec une inflation toujours galopante et des signaux contradictoires quant à la santé de l’économie, la Banque du Canada tente actuellement d’orchestrer un « atterrissage en douceur » pour l’économie canadienne.

 

Un marché immobilier durement touché

Le secteur immobilier a subi des impacts significatifs des récentes fluctuations économiques, comme en témoigne le repli marqué des ventes de logements depuis le début de 2022. La remontée brutale des taux hypothécaires a notamment refroidi de nombreux acheteurs et entraîné un ajustement rapide du marché. Alors que les prix se stabilisent dans certains marchés, d’autres régions comme le Grand Toronto continuent d’afficher des reculs importants. Bref, le secteur immobilier traverse une zone de turbulences prolongée qui exige prudence et vigilance de la part de tous ses acteurs.

 

Des frais de logement qui pèsent lourd

L’accélération fulgurante des frais de logement au cours des derniers trimestres pèse lourd sur le budget des ménages canadiens, déjà hypothéqué par l’inflation persistante du panier d’épicerie. Cette dynamique confirme la volatilité du marché immobilier actuel où une approche prudente s’impose.

Augmentation du chômage capable de tempérer l’inflation

Le taux de chômage au Canada a atteint 5,8% en octobre, ce qui pourrait aider à modérer les tensions inflationnistes persistantes. Bien que cette tendance à la hausse du chômage puisse sembler préoccupante à première vue, elle pourrait en fait jouer en faveur d’un assouplissement monétaire par la Banque du Canada en 2024. En effet, le ralentissement de l’économie et du marché du travail contribuera à calmer l’emballement des prix observés depuis plusieurs trimestres. Si une détente significative des pressions inflationnistes se produit l’année prochaine, la banque centrale disposera alors d’une marge de manœuvre accrue pour abaisser ses taux directeurs actuellement très élevés afin de stimuler la croissance. En résumé, la hausse récente du taux de chômage, bien que difficile pour certains travailleurs, pourrait finalement conduire à une amélioration des conditions économiques.

La Banque pourrait commencer à baisser son taux à partir de 3% d’inflation

On pourrait espérer une baisse du taux directeur à partir du moment où l’inflation passera sous les 3 %. Ce qui est anticipé par plusieurs économistes pour le deuxième trimestre de 2024, donc des baisses de taux potentielles dès avril 2024. Le maintien actuel du taux directeur est perçu favorablement par les emprunteurs hypothécaires, car il indique une évolution positive de l’inflation, ouvrant la possibilité de baisses de taux en 2024. Les taux hypothécaires fixes ayant déjà diminué récemment, il est possible qu’ils continuent de baisser, ce qui pourrait contribuer à un regain d’activité sur le marché du logement l’année prochaine.

Un taux directeur à 4% à la fin de 2024

Les signaux du marché obligataire annonçaient déjà le gel des hausses du taux directeur du 6 décembre. En effet, le taux des obligations gouvernementales à 5 ans, qui sert de référence pour les taux hypothécaires, a connu une baisse significative de 0.92 % depuis son point culminant en octobre. Cela laisse présager que les banques pourraient réduire les taux hypothécaires fixes dans un avenir proche. 

Pour vous donner une meilleure idée de ce qui se passe du côté des Obligations Hypothécaires du Canada (CMB), au cours du dernier mois, les CMB ont diminué de 0,55%. Cela est un autre indice nous préparant à une baisse du taux directeur.

D’après les perspectives économiques analysées, plusieurs économistes prévoient que le taux directeur se stabilisera à 4% ou moins d’ici la fin de l’année 2024. Cette anticipation suggère une vision prudente de l’évolution future de l’économie canadienne, dans un contexte où le marché immobilier est soumis à des tensions importantes.

En conclusion

L’année 2023 se conclut avec un taux directeur maintenu à 5%, offrant un certain répit aux emprunteurs hypothécaires. Malgré les turbulences économiques mondiales et les défis du marché immobilier canadien, les signaux actuels laissent entrevoir une éventuelle baisse des taux d’intérêt en 2024. Avec une inflation espérée sous les 3% et un marché obligataire indiquant un possible assouplissement des taux hypothécaires, l’espoir d’un taux directeur réduit à 4% à la fin de 2024 devient plus tangible. Cette perspective offre un avenir plus optimiste pour le secteur immobilier et l’économie en général, bien que la prudence reste de mise. L’indice des prix à la consommation de novembre sera diffusé le 19 décembre par Statistique Canada, espérons qu’il poursuive sa baisse.

Suivez-nous et nous vous reviendrons après l’annonce de l’IPC avec des tableaux démontrant les fluctuations des 3 dernières années

 

Les données économiques de cet article

  • Taux directeur actuel : Maintenu à 5% en fin d’année 2023.
  • Prévision de baisse des taux : Potentiel de descente progressive jusqu’à 4% d’ici fin 2024.
  • Inflation en octobre : Mesurée à 3,1% par l’indice des prix à la consommation.
  • PIB du Canada : Récession de 1,1% au troisième trimestre de 2023.
  • Marché immobilier : A subi des impacts significatifs, avec un repli des ventes de logements depuis début 2022.
  • Frais de logement : Accélération fulgurante influençant le budget des ménages canadiens.
  • Taux de chômage au Canada : Atteint 5,8% en octobre 2023.
  • Marché obligataire : Baisse de 0.92% du taux des obligations gouvernementales à 5 ans depuis octobre 2023.

PARTAGER:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Courtier hypothécaire Commercial


En 32 ans d’expérience en financement immobilier, commercial et multilogement. J’ai été courtier immobilier et directeur de compte et je me suis rapidement spécialisé en tant que courtier hypothécaire commercial. J’ai probablement déjà rencontré et surmonté toutes les situations auxquelles vous pourriez être confronté en tant qu’investisseur immobilier. On pourrait également dire que j’ai l’expérience nécessaire ou que j’ai du vécu. Pour bien choisir votre hypothèque et profitez de mon expérience, contactez-moi.

Table des matières

Contactez-nous!